Skip to content

Accueil > Chroniques de Southière-sur-le-lac > M. Hovington ( 2 ième partie)

M. Hovington ( 2 ième partie)

M. Hovington ( 2 ième partie)

Chronique no.9

mardi 12 avril 2022, par webmestre

Tel que promis dans ma dernière chronique datant du début d’avril, vous trouverez ci-joint la deuxième et dernière partie du récit de la création de l’APS en 1975, écrit de la main même de M. Hovington en décembre 2021. J’y ai trouvé des informations et des messages très importants pour moi et très probablement aussi pour vous tous.

Jacques Couture
15 avril 2022

Message d’origine de Paulin Hovington (envoyé en décembre 21)

Une entente existait entre M. Marcotte et M. Southière. La complicité entre ces deux personnes existait depuis longtemps. D’ailleurs, M. Marcotte est celui qui a implanté et administré le premier système d’aqueduc à Southière, probablement pour répondre aux besoins des citoyens qui avaient acheté des maisons autour du petit Boisé et fort probablement pour celles qui auraient été construites dans les deux parcs que nous avons acquis dans la transaction.

Au cours de cette réunion, nous avons vite proposé à M. Southière l’achat des deux plages, des parcs et les terrains y donnant accès en lui réitérant notre opposition à tout développement. Dans ce contexte , pour obtenir l’adhésion de M. Marcotte, nous avons concédé la portion de la petite plage déjà aménagée conduisant à son garage.

L’entente fut convenue et portait sur une période de six ans à un taux d’intérêt approprié. C’est sur cet accord que s’est conclu la réunion. Nous postulions à l’époque qu’il était possible sur 6 ans de recruter 200 membres à 300$ chacun. Nous avons approché, un à un, tous les propriétaires de Southière. Nos objectifs étaient nobles. Nos propos il y a 50 ans portaient sur l’environnement. Pour nous à l’époque, ces espaces verts représentaient le poumon de ce magnifique développement qu’est Southière.

C’est ce que nous avons vendu à nos futurs membres et à la municipalité. Il a été entendu également avec la municipalité que la taxation reçue d’une main soit retournée en une subvention de l’autre. Le surpeuplement de la plage fut circonscrit pour un temps mais un peu plus tard, les fractionnements de terrains acceptés par la municipalité augmentèrent le nombres des résidants. L’exécutif de l’association à l’époque martela sans cesse le droit de propriété que les membres adhérant à l’association acquéraient à ce moment-là. Pour les autres , les droits de passage étaient maintenus. 50 ans plus tard , les présidents et les exécutifs qui nous ont succédé, ont continué la poursuite de ces objectifs.

En conclusion, je dois dire que tout au cours de mon mandat, les rapports avec Messieurs Marcotte et Southière furent cordiaux et, avec les années, des liens amicaux se sont développés entre nous. Je pense également que le notaire a choisi de ne pas ternir le travail qu’il avait effectué et qu’avec le temps il était content de ce que nous avions accompli. Le rôle d’un leader dans ce type d’entreprise n’est pas toujours facile. Animé par la vigueur de mes 30 ans, je suis fier de ce que nous avons accompli et de voir que 50 ans plus tard notre réserve naturelle existe encore.

Paulin Hovington