Skip to content

Accueil > Chroniques de Southière-sur-le-lac > Southière avant qu’elle soit Southière ( détails plus précis)

Southière avant qu’elle soit Southière ( détails plus précis)

Chronique no. 21

vendredi 16 décembre 2022, par webmestre

Ayant dû prendre une pause dans la rédaction de mes chroniques , je reprends le collier avec grand optimisme. En effet, j’ai eu tout d’abord la chance de faire la connaissance du Dr Maurice Langlois qui a déjà consacré plusieurs années de sa retraite à étudier l’histoire de Magog et de ses familles.

Il y a en plus, la découverte toute récente de 4 boîtes contenant des documents ayant appartenu à l’APS. ( Elles ne sont cependant pas encore analysées) La chronique d’aujourd’hui veut apporter plus de précision sur la période de Southière avant Southière. Elle complète les chroniques no. 1 et 6 . Je tiens ces éclaircissements du Dr Langlois.

En 1858, le capitaine John Wright arrive d’Angleterre et s’installe à Sherbrooke. Il est veuf et père de 4 enfants. Il a servi dans les forces armées britanniques et avait été cantonné à l’ile de Malte. Frappé par la beauté de notre lac, il se porte acquéreur en 1860 d’une terre agricole qui s’étendait du ruisseau Castle jusqu’à la plage municipale. Elle avait le nom de Castle Brook Farm. À ce moment , elle appartenait à la Couronne. C’est le shérif du canton de St-François, George Frédéric Bowen qui procède à la transaction. La somme versée fut de $60.

Dès les années 1870 , on retrouve plusieurs rapports témoignant que toute la population des environs venait pique - niquer et se baigner sur la très belle plage située sur sa terre. On y a même organisé des régates annuelles et des parties de crosse qui se jouaient entre villes.

En 1935, on rapporte que près de 4000 personnes ont assisté à la traversée du lac partant de notre plage. L’identité de Castle Brook Farm s’est ainsi estompée , on parlait plutôt de Wright’s Beach.

Le capitaine Wright décède en 1874. Son fils Lawson (1840-1918) prend la relève. À sa mort, c’est sa sœur Louisa Charlotte qui hérite de la ferme. Elle était la veuve du Dr James B Hall. Le Dr Hall avait été le deuxième médecin à s’établir à Magog. De santé très fragile , il était décédé prématurément à l’âge de 34 ans. Louisa Charlotte gardera la ferme pendant plusieurs années. En 1931, elle en est encore propriétaire selon le rôle d’évaluation de la ville.

Il semble que James Broadbent qui s’occupait de la terre en est devenu propriétaire. Ce dernier a voulu perpétuer la tradition et permettait au public de fréquenter la plage moyennant une somme minime d’argent.

En 1945, M. Broadbent vend une première partie de sa terre au notaire Southière de Granby, cette première vente fut suivie de 2 autres. Je me réfère à ma chronique intitulée « Un beau cadeau de Nöel » pour retrouver la promesse de vente rédigée de la main même de M. Broadbent.

C’est ainsi que Wright’s Beach est devenu Plage Southière après 85 ans d’existence.

J. Couture

10 novembre 2022