Skip to content

Accueil > APS > Historique

Historique

Le quartier de « Southière-sur-le-Lac » que nous avons le privilège d’habiter, s’est développé et raffiné au fil des années. Afin de mieux connaître et apprécier l’origine de notre domaine commun, voici un exposé chronologique de quelques événements qui ont influencé le développement de notre
quartier et de notre « Association ».

Origines du quartier

Le 13 juin 1860, George Bowen (shérif du temps) vend une ferme, en bordure du lac, à John Wright pour la somme de 60 $. Ce dernier donne accès à sa plage, d’où le nom de Wright Beach, contre un forfait annuel qui s’est élevé jusqu’à I $ par famille.

Séduit par la beauté des lieux, de 1945 à 1947, le notaire Gérard-A. Southière de Granby, acquiert 390 acres (156 hectares) de terrain qu’il subdivise en lots à bâtir et qu’il met en vente. C’est le début du
développement de la plage Southière.

En 1945, le docteur Roger Guertin construit le premier chalet aujourd’hui disparu.

Dès 1946, un puits artésien de 85 mètres de profondeur alimente un aqueduc privé desservant les premiers chalets qui se construisent.

En septembre 1946, les services d’électricité et de téléphone sont assurés dans le secteur.

Le 23 juillet 1947, la première messe à la plage Wright est célébrée sur le terrain de M. Southière par l’abbé Laurent Ward de Granby (d’où le nom du parc Ward, à l’arrière de la chapelle) à l’occasion du campement d’une trentaine de scouts pour une fin de semaine (d’où le nom de l’avenue des Scouts).

En 1952, le notaire Southière incorpore « Plages Modernes Ltée », compagnie à
laquelle il cède la propriété des parcs et plages qui seront acquises par l’Association en 1975.

Le 27 juin 1954, Mgr Léon Bouhier bénit la chapelle et y célèbre la messe. Celle-ci devient une mission de la paroisse Saint-Patrice de Magog. Grâce à la générosité des fidèles, on procède à son agrandissement en 1963.

En 1955, avec la construction de plusieurs chalets au bord du lac, Wright Beach
s’est considérablement transformée. On vient maintenant à la « Grande plage » avec ses 183 m de grève, ainsi qu’à la « Petite plage », qui fait 55 m. Malgré les nouvelles constructions, le notaire a conservé des espaces boisés au coeur de son domaine : le parc Ward et le parc boisé sont deux espaces naturels préservés au centre du quartier.

Le 4 août 1958, par résolution du conseil, le Canton de Magog change officiellement le nom « Wright Beach » pour celui de « Plage Southière ».

Création de l’Association

En 1973 et 1974, « Plages Modernes Ltée » se départit des trois blocs de terrains qui lui appartiennent en périphérie du secteur de la Plage Southière : le bloc situé à l’ouest du ruisseau Castle, celui situé au nord du chemin Southière et celui qui est situé à l’est des propriétés bordant les avenues de la
Plage et des Scouts.

En octobre 1975, le notaire Southière ayant décidé de lotir les deux plages dans le but de les vendre en terrains à construire, un groupe de propriétaires forme, sous la présidence de Paulin Hovington, l’Association des Propriétaires de la Plage Southière Inc. (APPS). Le groupe négocie l’achat des deux plages, des deux parcs boisés et du stationnement dans le but d’en préserver le caractère privé pour l’usage de ses membres. Afin de rembourser l’emprunt contracté pour régler cette transaction, l’Association recrute des membres qui achètent des parts au coût de 300 $ l’unité.

Les plages et les parcs du secteur sont dorénavant gérés par les membres de
l’Association qui ont acquis le droit de protéger et d’améliorer ces espaces verts de plus de 14 hectares dont l’Association est propriétaire.

Évolution

De 1976 à 1988, la nouvelle Association recrute activement de nouveaux membres. Elle fait démolir le petit restaurant situé sur la Grande plage et procède à plusieurs travaux d’embellissement des lieux.

En 1988, les membres décident de cesser le recrutement actif et de n’admettre
comme nouveaux membres que les propriétaires des lots situés dans le secteur restreint de l’Association et à un prix réévalué fréquemment afin d’éviter que le
nombre de membres ne dépasse la capacité d’accueil des propriétés de l’Association. L’adhésion fut portée à 350 $ en 1961, 450 $ en 1965, 500 $ en 1987, 750 $ en 1988, 1 500 $ en 1989, 5 000$ en 1990, 15 000 $ en 1991 et 20 000 $ maintenant.

Avec l’accord du notaire Southière et de la Commission de toponymie du Québec, en 1989, le lieu-dit « Plage Southière » devient « Southière-sur-le-Lac » et l’APPS devient l’APS : Association des propriétaires de Southière-sur-le-Lac inc.

Au cours des années 1990, beaucoup de travaux sont effectués dans le but de
stabiliser les berges des plages. Des projets importants de plantation d’arbres et d’arbustes sont réalisés pour rendre les terrains plus agréables et pour mieux respecter l’écologie du milieu.

La ferme du 19ième siècle de monsieur Wright s’est transformée en quartier de
villégiature et de résidences estivales au milieu du 20ième siècle pour devenir peu à peu un quartier de résidants permanents, les trois quarts des habitations de Southière-sur-le-Lac étant maintenant des résidences permanentes.